dimanche 21 mai 2017

jeudi 18 mai 2017

Mon blog et moi - Mily Black




Après s’être fait larguer par son petit ami (qui a préféré faire un enfant à la voisine du dessus), Aline, réceptionniste dans un prestigieux cabinet d’avocats, décide de créer un blog pour s’y épancher en toute liberté (parce que ça coûte moins cher qu’un psy). Entre un Démon des enfers, sa mère, totalement dépourvu de tendresse maternelle, une Reine des Glaces, sa chef, aussi hautaine que sèche et l’arrivée au cabinet de Beauté fatale qui se révèle bien vite être un Crétin total, Aline ne risque pas de s’ennuyer ! Adieu routine et déprime, bonjour rebondissements et… amour/sentiments ?


Etant une grande grande fan de chick lit française, quand on m’a parlé de cette auteure sur instagram j’étais obligée de foncer sur un de ces romans.

Bon, ce livre commence par un stéréotype de la chick lit : une fille larguée par un goujat, forcément ! Mais ne vous méprenez pas, Aline est loin d’être un personnage qui se laisse abattre et qu’on a envie de frapper ! Loin de là …

Dés le départ j’ai su que j’allais adorer ce personnage. Elle est pétillante, pleine de répartie et c’est une vraie battante.
J’ai adoré la suivre, particulièrement lorsqu’elle était au travail. Tout ce qui s’y passait était tellement imprévu et drôle ! Il faut dire aussi que les scènes qui se déroulent chez ses parents sont particulièrement épiques aussi …

Sa mère, tiens, parlons en ! C’est un personnage que j’ai adoré détester. Elle est exécrable et mauvaise mais c’est tellement drôle. Et le roman n’aurait pas été le même sans elle.

Il y a toute une myriade de personnages et de petites histoires très secondaires mais c’est vraiment ce qui fait le charme de ce roman et ce qui fait que l’on ne s’ennuie pas une seconde !

Seul petit bémol qui n’est même pas vraiment en défaut en soit, juste une constation : le côté blog et tout ce qu’elle y écrit est absolument inutile ! Mais vraiment, ça ne change en rien la qualité du livre et de l’histoire !


Pour conclure, si vous aimez la chick lit, les romans pétillants et sympas : foncez J

 Ma note : 

 

dimanche 14 mai 2017

mercredi 10 mai 2017

La malédiction d'Oxford





Cassandra Blackwell, jeune Américaine d'origine modeste, intègre la prestigieuse université d'Oxford pour une année d'études. Toutefois, la qualité de l'enseignement, les porches recouverts de lierre ou les soirées étudiantes ne figurent pas parmi ses priorités. Elle n'a qu'un objectif : découvrir la vérité sur le passé de sa mère, étudiante à Oxford dans les années 1990, qui a fui ce paradis d'un autre temps avant de se suicider quelques années plus tard. L'enjeu est important, car Cassie pourrait enfin connaître l'identité de son père.

La jeune femme se lie rapidement avec l'élite anglaise et plonge dans ce monde fascinant aux traditions séculaires.


Pourtant, au sein de ce campus légendaire, une force inquiétante est à l’œuvre, l'École de la Nuit, une société secrète qui semble liée à une série de suicides. Cassie pourrait bien être la seule à pouvoir y mettre un terme - mais à quel prix ?






Dés que j'ai vu sur ce livre je suis tombée en admiration sur la couverture. Elle est tellement sublime *_*
Forcément j'étais obligée de craquer et de, bien sûr, l'ouvrir tout de suite.

J'ai vite été prise dans l'engrenage lyrique du roman. Cassie est un personnage attachant, que j'ai vraiment beaucoup aimé suivre. Sa façon d'agir et d'être archi indépendante m'a énormément plu.
Les autres personnages sont d'abord très secondaires puis prennent petit à petit - à mon grand plaisir - bien plus de place. Ce que j'ai bien apprécié c'est que l'on n'a aucune idée si ces personnages secondaires (et je parle bien de TOUS les personnages secondaires) vont aider Cassie ou l'amener à sa perte. Jusqu'au dernier moment on se pose cette question et j'adooooore ça !

Concernant l'histoire, je l'ai trouvé sombre, prenante et très mystique. Il n'y a ni trop ni trop peu d'action, juste assez pour être totalement prise dans l'histoire. J'ai vraiment eu du mal à chaque fois fermer ce roman, j'avais tellement envie de connaitre la suite et la fin ^^
Et, purée, mais quelles surprises me sont tombées dessus. Il y a des choses tellement surprenantes et si choquantes, encore une fois, j'adore !

Bref, vous l'aurez compris, un très bon roman qui tient totalement le lecteur en haleine !


 Ma note : 





lundi 1 mai 2017

Sunday's book #38






Je pense faire des mini chroniques de mes dernières lectures car j'ai HUIT chroniques en retard ...




Bon dimanche à tous et à toutes ! Et belle semaine livresque !

samedi 22 avril 2017

Je suis ton soleil - Marie Pavlenko






Déborah démarre son année de terminale sans une paire de chaussures, rapport à Isidore le chien-clochard qui s'acharne à les dévorer. Mais ce n'est pas le pire, non. Le pire est-ce sa mère qui se met à découper frénétiquement des magazines ou son père au bras d'une inconnue aux longs cheveux bouclés? Le bac est en ligne de mire, et il va falloir de l'aide, des amis, du courage et beaucoup d'humour à Déborah pour percer les nuages, comme un soleil.  





Vu tous les avis dithyrambiques que j'ai pu lire sur ce livre j'étais bien obligée de sauter dessus non ?!

Bon, pour commencer j'ai été très surprise par le ton du roman ... J'avais lu La mort n'est pas une femme comme les autres de cette auteure et c'est vrai que c'est un roman pour adultes. Du coup le côté très jeunesse m'a étonné et un peu gêné aussi. J'ai trouvé que même pour une jeune fille de 18 ans Déborah avait des côtés vraiment trop gamins. Des réactions et des réponses assez stupides qui m'ont énervé ...

Passée cette déception, j'ai réussi à rentrer dans l'histoire. Au premier abord l'histoire ne parait pas casser 3 pattes à un canard.
Lorsque j'ai fermé ce livre je me suis d'abord dit "ouais c'est pas mal comme roman jeunesse ...".
Je me suis laissée quelques jours pour écrire ma chronique histoire d'y penser à tête et coeur reposés.
Et finalement là c'est le choc ! Je ne pense plus du tout que c'est une histoire sympathique pour adolescents. C'est une belle ôde à l'amitié, à l'amour parental, au pardon, aux choix difficiles à faire !

Ce livre parle de tellement de sujets mais d'une manière presque légère ! C'est assez incroyable en soit ... Je ne peux pas détailler tous les sujets sans spoiler ce qui serait vraiment dommage pour celles qui ne l'ont pas lu.

L'amitié entre Déborah, Jamal et Victor m'a beaucoup plu. J'ai adoré ce trio infernal qui m'a bien fait rire. Et tellement de sujets sont joliment abordés rien qu'entre eux trois ... La maman de Deborah est aussi un personnage très touchant et vraiment magnifique.

Ce qui ressort de ce roman c'est la tolérance, l'ouverture d'esprit et le positivisme !

En deux mots : LISEZ LE !


 Ma note : 



dimanche 16 avril 2017

mercredi 12 avril 2017

Un appartement à Paris - Guillaume Musso







Paris, un atelier d'artiste caché au fond d'une allée verdoyante. 
Madeline l'a loué pour s'y reposer et s'isoler. 
À la suite d'une méprise, cette jeune flic londonienne y voit débarquer Gaspard, un écrivain misanthrope venu des États-Unis pour écrire dans la solitude. Ces deux écorchés vifs sont contraints de cohabiter quelques jours. 
L'atelier a appartenu au célèbre peintre Sean Lorenz et respire encore sa passion des couleurs et de la lumière. Terrassé par l'assassinat de son petit garçon, Lorenz est mort un an auparavant, laissant derrière lui trois tableaux, aujourd'hui disparus. Fascinés par son génie, intrigués par son destin funeste, Madeline et Gaspard décident d'unir leurs forces afin de retrouver ces toiles réputées extraordinaires. 
Mais, pour percer le véritable secret de Sean Lorenz, ils vont devoir affronter leurs propres démons dans une enquête tragique qui les changera à jamais. 






Bien qu'ayant été déçue par le dernier roman que j'ai lu de Guillaume Musso, à savoir L'instant présent, j'ai quand même décidé de lire celui ci dés sa sortie.
Bien heureusement, les points négatifs que j'avais trouvé dans l'autre n'étaient pas présents ici. Contrairement à L'instant présent, je n'ai pas trouvé ce roman ni mou, ni long, ni répétitif.

En effet, bien que le rythme soit bien moins soutenu que ses premiers romans j'ai trouvé qu'il y avait quand même pas mal d'action (ce qui manquait cruellement dans L'instant présent.
Ce que j'adore d'habitude chez Guillaume Musso c'est son écriture carrément addictive et sa manière de nous raconter son histoire. Le récit à deux voix permet aussi de se prendre totalement au jeu du petit suspens qui se crée.

Comme d'habitude on a des personnages atypiques, presque antipathiques mais qu'on finit par adorer. Torturés, perdus, fantaisistes et borderline, au final, ils nous donnent aussi une belle leçon de vie.

Concernant l'histoire en elle même, sans trop spoiler, Musso revient vers ses premiers amours : meurtres, enlèvement, famille, enfants ... Et j'ai envie de dire ENFIN ! Personnellement, c'est comme ça que j'aime cet auteur et ce sont ses premiers romans que j'ai largement préféré !

Pour finir, évidemment, parlons de la fin ! Alors que j'avais détesté, haï, exécré (etc, etc ...) celle de L'instant présent que j'avais trouvé pathétique, facile et même ridicule. J'ai adoré celle de ce roman. Littéralement adoré !

 Ma note : 



dimanche 2 avril 2017